Accéder au contenu principal

ta vie est un combat.

Notre vie est un combat et tes muscles ne serviront à rien. Et oui tu peux être très fort physiquement tu seras toujours malmené par la vie, la vie dans le sens du destin. Il y aura toujours des événements au-delà de toi, des choses que tu ne pourras jamais contrôler et la vie te le rappelle de la pire des façons. Et la meilleure chose à faire c’est de rester stoïque. De les accepter et d’espérer des jours meilleurs, mais au final tu peux espérer tout ce que tu veux les choses qui te surpassent continueront à échapper à ton contrôle. tout cela est tellement absurde, il n’y a pas de sens à ta vie et cherche désespérément un sens te rendra simplement plus perdu. Tu réalises gentiment que tu n’es rien face à des 36 tonnes, qu’une épidémie peut prendre tes proches en une semaine. Tu réalises que tu es face à une machine qui te déprimera dès que tu voudras la changer, une machine qui fait souffrir des millions de gens dans le silence. Une machine qui a plusieurs facettes, ta couleur de peau, ton sexe et ton statut. Tout cela est au-delà de ton contrôle tu ne l’as jamais choisis, et cela s’applique au non-binaire ce n’est pas un choix d’être non-binaire, mais c’est un risque que de le dire publiquement. Ces trois aspects sont essentiels pour que la machine fonctionne normalement et oui quand la machine marche normalement des femmes se font violer, des violences racistes ont lieu par la police et par les plateaux télé et des pauvres meurent de faim ou vivent dans la rue. C’est comme ça le monde est injuste. Mais non la vie et un combat tu dois lutter car ces choses sont modifiables, les hommes pourront très bien arrêter de violer des femmes mais la machine, que dis-je le monstre, préfère mettre la faute sur les victimes et les forcer aux silences. Je ne donnerai pas d’exemples il y en a trop. Tu dois te lever te battre, c’est terrifiant car tu ne peux plus être stoïque maintenant. Si tu décides de continuer ta route tu es un lâche, et le choix du masculin n’est pas pris au hasard. Oui je vous vois les hommes blancs qui préfère baisser les yeux, faire une blague raciste de temps en temps et renforcer les traumatismes de leurs compagnes d’une nuit. C’est plus facile d’être lâche que de se remettre en question, oui il y a bel et bien une chose que nous pouvons changer de toute façon et cette chose c’est nous-mêmes, notre personnalité nos actions. Et quand on te dit que l’action que tu peux faire c’est fermer ta gueule et laisser des gens concerner parler, quand on te dit qu'a la place de crié il faut écouter, c’est nettement plus simple de tout balayer et perdre le combat. Car ce n’est pas ça l’humanité, en perdant ce combat tu perds ton humanité car tu renies l’humanité des autres. Il faut se lever en silence et accepter que l’on puisse être une partie du problème que ce monstre t’apporte du confort, physique et mental car tu es en haut de l’échelle. Non les systèmes d’inégalités ne sont pas en dehors de notre contrôle, la société reflète nos actions mais aussi nos inactions. C’est ces personnes qui couvrent les porcs qui taisent leurs crimes. Savoir parler et se taire fait partie du combat. Une injustice pour un e est une injustice pour touste. Ne fait pas les gros yeux c’est la morale de zoro, ce n’est pas de l’extrémisme c’est du bon sens. Tu n’as finalement rien réussi, tu as eu de la chance. Et il n’est même plus l’heure de te réveiller tu l’es déjà, tu vois déjà les problèmes du monstre. Tu ne t’es sans doute pas attardé dessus mais tu sais très bien que le fascisme et l’extrême droite mènent au génocide, tu sais très bien que la droite et une partie de la gauche ont pour but de ne rien faire changer. tu le sais que l’arbre pourrit ne peut que mourir mais tu préfères faire des petits changements de l’intérieur que de couper l’arbre. Ton combat est un combat de tous les jours, se lever est déjà dur, tu es sans doute démoralisé mais si tu ne veux pas le perdre il ne faut jamais baisser les bras. Tu sais que la police n’est pas là pour arrêter les criminels mais les plus pauvres et les minorités mais tu préfères dire qu’elle sert le peuple. Et tu as tort le peuple c’est ceux dont le combat est le plus dur car iles sont confrontées aux conséquences de notre inaction tous les jours. Tu me trouveras sans doute moralisateur mais je n’aime pas la morale car la morale te dit comment bien agir, alors que les actions sont des faits. Il n’y a pas de bien et de mal il y a seulement toi a la fin de ta vie qui se rendra compte qu’une vie à baisser les yeux est une vie de perdue. Une injustice pour un e est une injustice pour touste. Le bonheur individuel est temporaire, il n’est pas un objectif en sois car la chose la plus futile peu te rendre heureux 'se . Alors que le bonheur collectif est quant à lui permaner, et tu trouveras le bonheur individuel à travers ce bonheur collectif. n’est pas peur le combat reste le même se lever le matin.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

C'est étrange

"Ah, je ne m'attendais pas à ce que sa soie toi qui sorte" dis-je machinalement un sourire nerveux aux lèvres. En réalité mon interlocuteur ne remarqua pas la légère pointe de stress qu'il m'a fallu surmonter pour pouvoir lui décrocher ses quelques mots. "Oui, il fait trop chaud à l'intérieur et la musique est trop forte mais ce n'est qu'une question de temps avant que j'y retourne haha" me répondit-elle. C'était absolument terrifiant, je ne lui avais jamais parlé autant - principalement car je l'évitais du mieux que je pouvais- et comme un réflexe pavlovien je sortis une cigarette et l'allumat. Il me fallait un objet de réconfort avec lequel je pourrais jouer avec. Tout en fumant je lui répondis quelque banalité pour me rendre enfin compte de ma condition et celle de ma surprise. Les effets de l'alcool tant désirés étaient venus, et jamais les pommes de terre ne parurent autant délicieuses. Je pris mon courage à deux ma…

une histoire d'A toute simple.

J’avais pour but, comme projet de faire la fête. Et oui la fête toujours la fête; se vider la tête ou se l’exposer tout dépend de la façon de voir les choses et surtout à qui tu poses la question. Il nous fallait prendre le train pour nous rendre a cette fête particulière, pour ne pas entrer dans les détails disons que c’est une fête marginale. J’étais avec 3 autres personnes, des gens merveilleux que j’aime de tout mon coeur, même s’il faut le reconnaître je ne prends pas toujours les meilleures décisions avec elleux. Et nous étions parti pour le Jura les poches pleines de stupéfiant et les mains vides. Une fois arrivés à notre arrêt de train une partie du wagon, surprenamment rempli pour ce train régional, sorti avec nous et nous nous entassâmes dans un minuscule car postal en direction d’un village perdu dans la vallée voisine, en direction de l’aventure. Je vous (re)passe les détails sur notre montée, mais nous avions à peine entamé notre montée quand nous étions au sommet. Et a…